Sommaire  débutant  organisations  informatique  archives  actes  outil  reproduire  spécialisés  international

10. Rechercher dans les autres pays

  1. Pays francophones
  2. Maroc
  3. Tunisie
  4. Allemagne
  5. Espagne
  6. Italie
  7. Angleterre
  8. Autres

10.1 Pays francophones Haut de la page

Belgique : Archives http://arch.arch.be/ et liste des traductions officielles des noms de Communes Belges http://users.skynet.be/sky60754/nf/fn/tweetalig.htm

Suisse : http://www.chez.com/genealogiesuisse/20suisse.html

Luxembourg : archives www.etat.lu/AN/

Québec : Archives nationales du Québec : www.anq.gouv.qc.ca

Site de Denis Beauregard : www.francogene.com/

Canada : archives www.archives.ca

Francophonie : Le principal objectif du Centre de généalogie francophone dAmérique est de développer une plate-forme sur l'inforoute pour les chercheurs, les généalogistes et les historiens de même que pour les auteurs et les éditeurs douvrages consacrés à la généalogie et à lhistoire des familles francophones dAmérique. www.genealogie.org

10.2 Maroc Haut de la page

Pour demander des actes à :
Ministère des Affaires étrangères - Service Central dEtat Civil
11, rue de la Maison Blanche - 44941 NANTES Cedex 09
www.france.diplomatie.gouv.fr/francais/etatcivil/index.html
Avant 1915 l'état civil des Français est un état civil consulaire (écrire à Nantes). De 1915 au 31 décembre 1933 l'état civil a été tenu en trois exemplaires, dont un est conservé à Nantes. De 1934 au 31 décembre 1956 l'état civil n'a plus été tenu qu'en deux exemplaires laissés tous les deux aux autorités marocaines. Deux exemplaires ont par la suite été reconstitués, dont un pour les consulats et un autre pour la sous-direction de l'État civil de Nantes. A partir du ter janvier 1957 l'état civil des Français est redevenu un état civil consulaire. S'adresser à la sous-direction de l'État civil de Nantes.

10.3Tunisie Haut de la page

Avant 1884 l'état civil des Français est un état civil consulaire. Écrire à Nantes. De 1884 à 1956 on trouve les registres des contrôles civils, dont le double est aussi à Nantes, contenant surtout les actes concernant les étrangers et les registres municipaux tunisiens avec les actes des Français (environ 1500 000 actes) mêlés à ceux des Tunisiens. Pour ces derniers registres un microfilm a été établi et est exploité par Nantes. Depuis 1956 l'état civil des Français vivant en Tunisie est redevenu un état civil consulaire, dont le double est à Nantes.

10.4 Allemagne Haut de la page

www.geneamosellest.org très documenté sur la Sarre.
forum usenet soc.genealogy.german dont nombre de participants parlent le français.

Essayer ce modèle de lettre de recherches en Allemand à adresser à la paroisse du lieu qui vous intéresse:
Kath. Pfarramt (nom de la ville)
D-(Code Postal) Ville
Deutschland
Sehr geehrte Dame, sehr geehrter Herr!
Zur Vervollständigung meiner Familiengeschichte benötige ich nähere amtliche Angaben über die Familie
(nom, prénom), geboren (année de naissance) in (lieu),
und seine Frau (nom, prénom), geboren (année de naissance) in (lieu).
Ich bitte Sie freundlichst um Übersendung eines vollständigen Auszuges aus Ihrem Geburts-/ Heirats-/ Sterberegister zur vorstehend genannten Person.
Sollte es Ihnen möglich sein, mir ebenfalls Auszüge über Geburt, Heirat oder Tod seiner/ihrer Eltern anzufertigen, die im gleichen Orte gewohnt haben sollen, so wäre ich Ihnen für diese Hilfe sehr dankbar.
Für Ihre Hilfe danke ich Ihnen herzlich im voraus.
Hochachtungsvoll,
Signature, nom et adresse"
à la suite de quoi vous recevrez un courrier vous indiquant qu'il y a bien (ou qu'il n'y a pas) des personnes du patronyme que vous recherchez dans les registres de cette paroisse, et que la recherche vous coûtera telle somme. Claude Truong-Ngoc

10.5 Espagne Haut de la page

Cercle de généalogie hispanique: www.elanillo.com/

Contrairement à la France, il ne semble pas qu'il y ait de règle clairement établi et universelle. Ne pas oublier que chaque province (ou groupe de province) comporte son gouvernement autonome.

L'état civil est devenu laic seulement à partir de 1870. Avant voir les curés ou l'évéché. Certaines régions ont une adresse internet consulter : www.conferenciaepiscopal.es/diocesis/
Microfilms à voir avec les mormons. Les curés décident si ils montrent ou pas. Les archives diocésaines sont ouvertes de façon irrégulières, se renseigner sur tous les points. Les actes laics sont chez le juge de paix (juez de paz) ou à la mairie (ayuntamiento). Certaines mairies refusent la consultation même pour plus de 100 ans.
Suivant la région, l'absence de connaissance du castillan peut être un grave handicap (dans le sud en particulier) Dans d'autres régions , c'est variable (pays basque ils peuvent parler couramment le français, catalogne : ils aiment bien le catalan). Jean René Yharrassarry

Un espagnol a, toujours, un patronyme double, car il se forme du nom du père suivi de celui de la mère. Il est donc important que tu saches quel était le nom de famille de la mère de la personne que tu recherches sinon.... ça va être compliqué. Dès que l'on passe la frontière, la France nous "ratiboise" le nom et il n'en reste plus qu'un: celui du père. Il en est ainsi pour mes enfants, ici, ils portent un patronyme français (le second) et en France, bien que français, ils ne portent qu'un patronyme : espagnol. Miguel Gil
sachez que l' ANPTT de Narbonne et le CGL ont édité l' ouvrage ( 110 pages ) de Frédéric Vallette : " Recherches généalogiques en Espagne ". Sommaire :
* Sources archivistiques : Registre civil , Ecclésiastique , Municipal , Militaire , Notarial , La transmission d' un patronyme , Informatique , la mémoire documentaire des archives .
* Les Divisions de l' Espagne , Ecclésiastiques " 12 Archevêchés et 64 Evêchés , les 17 Communidades et leurs 50 Provincias .
* Prés de 400 sites d' Archives Principaux pour une recherche Généalogique et Héraldique .
* Exemple de lettres , bibliographie , informations pratiques .
Si vous désirez des renseignements complémentaires , je peux poser la question à l' auteur .
L' ouvrage peut être commandé à L' ANPTT de Généalogie - 32, quai Vallière 11100 Narbonne pour la somme de 90 fr + 30 fr de port .
Sachez aussi que le Ministère de la Culture Espagnol a fait un gros travail en mettant en ligne de nombreuses informations sur les archives espagnoles : http://www.mcu.es/ Vous avez un masque de recherche ou vous pouvez questionner la base par ex : localidad .

Demande par courrier électronique des actes de naissance, mariage et décès issus des registres civils. Site du Ministère de la Justice espagnol à l'adresse : www.mju.es/registro_civil/index.htm

10.6 Italie Haut de la page

L'état-civil italien n'existe que depuis 1866. Les actes sont à demander aux mairies. Avant cette date, les actes sont à demander aux paroisses (qui peuvent -cela m'est arrivé - renvoyer aux archives diocésaines, lesquelles répondent moyennant finances).
De 1805 à 1815 environ (sauf pour la Toscane où il va jusqu'en 1866), il y a l'état-civil Napoléon. Les actes sont à demander aux archives d'état, dans chaque chef-lieu de province) Cf association "Ancêtres italiens"

Ancêtres Italiens/Bibliothèque
www.geneaita.org/emi/index.htm 7700 notices bibliographiques. Un travail de recherche de plus de 20 ans... C'est aussi des recherches sur les Vaudois des vallées piémontaises (protestants), sur les Juifs, sur le Tessin, sur la Corse

Notes prises à l'occasion des exposés donnés le 27 juin 1999 à Paris (réunion de l'association Ancêtres Italiens) par Marc MARGARIT et Gabriella BALLESIO, archiviste de la table Vaudoise à Torre-Pellice.

Généalogie en Italie
Il faut éviter de parler en Italie de généalogie, car dans l'esprit des Italiens (comme d'ailleurs il n'y a pas si longtemps en France) la généalogie ne concerne que la noblesse, ou n'intervient que pour les recherches d'héritiers. Il faut plutôt dire que l'on s'intéresse à l'Histoire de sa famille ! Il est très utile de pouvoir identifier l'historien local qui s'est intéressé à l'histoire du village et qui peut néanmoins apporter beaucoup au généalogiste. Organisation géographique :
- 20 régions (exemple le Piémont, capitale Turin)
- 98 provinces (provincia, équivalent d'un département français) - 8600 communes (commune, plus vastes qu'en France où il y en a env 36000) chacune ayant sa mairie. Particularité : les communes sont divisées en frazione (hameaux, mais pouvant avoir jusqu'à 2 ou 3000 habitants dans les grandes villes, équivalant plus ou moins à une paroisse) puis en localita (lieux-dits, écarts)

L'Etat civil
L'Etat civil ne débute en Italie qu'en 1866 avec la constitution de l'Etat Italien. A noter que de 1805 à 1815, sous Napoléon, le Nord de l'Italie était annexée à la France qui y a instauré une administration en tous points semblable à celle de la France et notamment l'Etat-civil. Les registres de l'Etat civil Napoléonien sont conservées aux Archives d'Etat (équivalent des archives départementales). On peut écrire à la mairie pour demander un acte de naissance, mariage ou décès (sous réserve des delais de communication) mais elle ne délivrera qu'un certificat et non pas une copie intégrale de l'acte avec des risques d'erreurs en cas d'homonymie. Les mairies détiennent un registre original d'état civil. (depuis 1866), un double se trouve au tribunal. Seuls les registres de plus de 60 ans sont accessibles. Pour consulter les archives il faut une autorisation du procureur de la république. Selon M. Margarit on peut arriver à s'en passer pour l'histoire.
Outre l'état civil à proprement parler, les mairies ont tenu (de 1866 à 1940 environ) un recensement par maisonnées (registre di populazione) avec indication du chef de famille et de toutes les personnes qui y vivent avec leurs dates de naissance, mariage, décès et des observations. On trouve aussi un registre d'émigration comportant les noms, prénoms, filiations et lieu de destination de ceux qui ont quitté la commune (délai de consultation 60 ans pour ces 2 registres).

Les Sources religieuses catholiques
Les registres paroissiaux commencent en 1545 (concile de Trente). Ils sont conservés à la paroisse depuis l'origine. Un double a été créé vers 1820 ; il est conservé à l'évéché. Avant d'aller voir le prêtre il faut demander une autorisation au directeur des archives diocésaines. Eviter d'aller dans les paroisses pendant les périodes de fêtes ou de vacances. Les registres comportent les registres de baptème, naissance, mariage et sépultures et le registre de l'état des âmes (stato delle anime) qui est un recensement des paroissiens par maisonnées avec pour chaque personne les dates et lieux de baptême, communion, confirmation, mariage et sépulture plus des renseignements complémentaires (militaires, émigration,...). Ce registre est très précieux distinguer pour les homonymes. Il faut aussi consulter le registre des dispenses de consanguinité qui se trouvent à l'évéché car on y trouve des arbres généalogiques dessinés par le prêtre.

Les archives notariées
A la différence de ce qui se passe en France où les archives sont conservées à l'étude par le notaire successeur, en Italie, à la cessation d'activité du notaire (décès le plus souvent ou retraite), les archives sont versées aux Archives notariales du district (Archivi notarii distruetales) puis, après 100 ans aux Archives d'Etat. Leur consultation est gratuite (service public). Il existe un double classement par nom de notaire et par localité (commune ou frazione). Les archives notariées peuvent remonter jusqu'à 1600. Pour rechercher dans les archives notariées, il faut comme en france commencer par consulter les registres de linsinuation (insinuazione) ou du contrôle des actes où tous les actes passées devant notaire sont répertoriés pour des raisons fiscales. On y trouve les noms, prénoms, la date, le type d'acte et le numéro du carton. La recherche est toutefois longue et difficile (ces registres notariés représentent à Turin 7 km de rayonnage sur un total de 70 !)

Autres sources
Le cadastre : le plus ancien pour le Piémont date de 1723 (il y a aussi un cadastre napoléonien qui date de 1805). On y trouve des cartes des villages avec les parcelles et un registre des propriétaires. Il est conservé à Turin, via Piave.
Les registres des Confrèries (religieuse ou professionnelles). Ces registres ont été supprimés à l'époque napoléonienne.
Registres de conscription : conservés à la ville capitale (Turin pour le Piémont)
Adresses des Archives à Turin : Archives d'Etat : Piazza Castello
Archives notariales : Via Piave

Liens utiles
Le point d'entrée important pour l'italie c'est (régions, provinces): www.sepel.it/
Pour localiser un nom de famille : http://gens.labo.net/
Pour la recherche de numéros de téléphone : http://www.pronto.it/elenco/query.php ou http://www.info412.it/
Militaire et médailles : www.esercito.difesa.it/
Histoire Italienne (périodique 486 000 pages): http://www.cronologia.it/welcome.html
Liste des paroisses et diocèses : www.siticattolici.it/
association Ancètres Italiens : http://members.aol.com/geneaita/indexfr.html
The Italian Genealogy Homepage :www.italgen.com/
Le site de Eric Volat : http://membres.lycos.fr/ericvolat/index.htm

10.7 Angleterre Haut de la page

www.genuki.org.uk/ : "Contact is the Family Record Centre [The Family Record Centre is: 1 Myddelton Square, London EC1R 1UW]. This houses all records of births, marriages and deaths in England and Wales since the year 1837, when civil registration began. Prior to that, the records were kept in the parish records, usually deposited in the local record offices all over the country".
Else Churchill Genealogy Officer www.ons.gov.uk/
Society of Genealogists : www.sog.org.uk/

10.8 Autres Haut de la page

Portugal : http://genealogia.sapo.pt/home/

Malte :
http://www.chez.com/ogalea/RecherchesMalte.htm
http://www.pieds-noirs.org/cgwpn/malte/pnmtsomr.htm

Monde :

www.worldgenweb.org/

Codes Postaux des Pays : POSTINFO: http://postinfo.net/

Code postaux à télécharger ou en consultation pour beaucoup de pays www.codepostaux.com/

Annuaires : Infobel www.infobel.com/world/default.asp

Haut de la page


SOMMAIRE - recherche 1998-2005 Claire Bidault - Renaud Anzieu du 02-Avr-2005