Sommaire  débutant  organisations  informatique  archives  actes  outil  reproduire  spécialisés  international

7. Reproduire des actes

  1. Généralités sur la photographie
  2. L'aspect légal
  3. Pellicule pour photographier des archives sans flash
  4. Appareils photo numériques
  5. Sites utiles pour la photo
  6. Scanner
  7. Microfilms

7.1 Généralités Haut de la page

Photographier un document nécessite de la lumiere, de la finesse de grain, de la profondeur de champs. Les 3 semblent incompatibles.

1- la lumière : pas de flash donc il faut  soit un film tres sensible (mais apporte un gros grain a l'image, donc une photo moins nette).  Soit une ouverture maximum de l'objectif (perte de profondeur de champ)  soit un temp de pose long.

2- Finesse du grain : La qualité de la photo sera bien meilleure avec  un grain fin (64 ASA), mais avec un film moins sensible, il faut un flash (interdit) , ou une ouverture maximum (perte de  profondeur de champ), ou un temp de pose allongé.

3- Profondeur de champ : c'est la distance entre le point le plus proche de l'objectif et celui le plus eloigné, faisant partie de la zone de netteté. Les registres n'etant pas plat, il est necessaire que cette zone soit la plus longue possible, donc une ouverture minimun de l'objectif, ce qui implique l'utilisation d'un Flash (interdit), une pellicule tres sensible (peu recommandé) ou un temps de pose long. En Conclusion, la logique voudrait que l'on utilise :

Un appareil au format  6x6 (reliques !!!!) mais ne soyons pas puristes, un 24x36 fera l'affaire.
Une pellicule de type professionnelle, < 100 ASA, Noir etBlanc ou Diapositive
Un éclairage diffu pour éviter les zones d'ombres
Une ouverture minimum de l'objectif f16 ou f32

L'ensemble peut engendré un temps de pose de PLUSIEURS SECONDES !!!! DONC UTILISATION D'UN PIED OBLIGATOIRE, sur une table stable, sans secousses. Christian DAUMOINX

7.2 L'aspect légal Haut de la page

France : Tant qu'il s'agit d'archives du domaine public (généralement âgées de plus de cent ans), il n'y a, en principe, aucune restriction à leur copie pour usage personnel. La diffusion des copies ainsi réalisées, requiert l'autorisation de l'archiviste, dès qu'un usage lucratif est envisagé.

Par ailleurs, l'archiviste peut réglementer ou interdire toute méthode de reproduction qui serait susceptible d'endommager les documents. Ainsi, les photocopies sont généralement interdites, surtout lorsqu'il s'agit de documents anciens, en mauvais état, ou reliés. La numérisation par scanners à plat est aussi le plus souvent interdite. La photographie sans flash est autorisée.

Québec : ANQ : photographie interdite

7.3 Quelle pellicule pour photographier des documents d'archives sans flash ? Haut de la page

Actuellement, aucun appareil de prise de vue numérique qui soit proposé à un prix "grand public" (au dessous de 15,000 F), n'autorise une qualité suffisante. Il faut, c'est l'expérience qui l'a déterminé, au moins 3 millions de pixels pour une bonne numérisation d'un manuscrit en médiocre état, comportant une écriture fine comme on en trouve fréquemment dans les registres paroissiaux de l'ancien régime. Alors, reste la photographie argentique.

Pour ma part, j'utilise des films négatifs noir et blanc, 24x36 mm, à faible sensibilité : ILFORD 50 ASA. Les conditions d'éclairage, dans une salle de lecture de centre d'Archives départementales, ne sont pas toujours optimales. Mieux vaut se placer à l'abri des rayons du soleil et de tout reflet. Le contraste en sera sans doute médiocre, mais ceci sera d'une importance nulle sur la lisibilité.
Une fois les vues prises, le tirage papier est déconseillé... pour la simple raison qu'il est trop coûteux... calculez donc le prix du tirage de plusieurs dizaines, ou centaines, de photos en format A4 !!! Il est donc préférable d'envisager la visualisation des films obtenus, soit dans un lecteur de microfilms (à votre cercle par exemple, à moins que vous n'ayez fait l'acquisition d'un lecteur, dont le coût minimum est d'environ 4000 F), soit, mieux encore, de les numériser à l'aide d'un scanner spécial pour diapositives, tel que le Microtek Scanmaker T3+, ce qui vous permettra de visualiser les actes sur l'écran de votre ordinateur, de les imprimer, etc... Ceci fait, vous pourrez archiver les images sur des CDROMs, dont vous pourrez donner copie à votre cercle, aux AD locales, à la mairie concernée... Bernard Debreil

Il y a quelques années, j'ai photographié plusieurs milliers de cartes postales anciennes. J'utilisais un film de faible sensibilité, le PAN F d'Ilford (50 ASA). Seul inconvénient, il demande une plus grande exposition mais il a l'avantage d'avoir peu de grain, donc une finesse de détail. Si le type de film a son importance pour la photographie rapprochée, la clé de la réussite est l'objectif.
Pour ma part, j'utilisais un objectif macro de 50 mm/F 35 monté sur un statif de reproduction (un pied stable peut suffire). Avec ce matériel, la photographie en lumière naturelle est donc possible, à condition de faire les prises de vue au plus prés d'une fenêtre et d'utiliser un large carton blanc pour ajuster l'éclairage du document. Il reste à traiter le négatif mais, dans ce domaine, seul l'expérience compte.
Pour ceux qui ne veulent trop se compliquer l'existence, ils peuvent à mains levées obtenir d'intéressants résultats en utilisant notamment une pellicule couleur de 200 ASA de bonne qualité. Inutile d'utiliser un zoom, un 50 mm suffit largement. Un développement 9x15, de préférence en mat, et une bonne loupe de grossissement 3 x, montée sur pieds et inclinable, pour un meilleur confort dans la lecture prolongée, vous donnera des heures de plaisir à interpréter les écrits.
ATTENTION ! Dans les deux cas, il faut bien veiller au parallélisme des plans (document/négatif) et a un cadrage serré. Roger DESSEMON

J'ai utilisé une 400 mais avec un éclairage important et une potence pour fixer l'appareil.

J'ai fait pas mal de photos avec un simple 24x36 reflex avec du 200 asa et un flash annulaire (certaines AD ont même un banc), l'avantage du flash c'est que le réglage est fait une fois pour toute. Bien sur il faut un flash annulaire.

Pour le reproduction de documents, il est préférable d'utiliser un film "au trait". Ce sont des films spéciaux, lents, à grand contraste et à haut pouvoir résolvant. Ce sont des films utilisés par lesprofessionnels à ma connaissance,seul Agfa commercialise ce filmen cartouches 135/36 vues sous le nom Agfa Ortho 25. On ne le trouve pas partout et surtout il faut les développer soi-même ou passer par un labo professionnel.

7.4 Appareils photo numériques Haut de la page

J'ai mis deux-trois exemples sur la partie perso de mon site. Mieux vaut viser un peu haut de gamme au départ que pleurer longtemps après avec un truc mal adapté. Pour les photos d'actes "en chaîne", ne pas négliger la rapidité de l'interface de transfert (USB), ne surtout pas se contenter d'une solution transfert série. De même la taille de la mémoire de stockage est importante (en mode fin 1600x1200, je mets 13 photos sur 8 Mo), c'est fastidieux de devoir faire sans cesse des transferts, si on désire par exemple photographier un registre. Et je trouve que 2,1M de pixels donnent de bon résultat, 3M doit être mieux, mais est-ce une nécessité ?
De plus, s'assurer de la possibilité d'une alimentation 220V, et le cadrage à l'aide de l'écran LCD est largement nécessaire pour éviter les défaut de parallaxe pour les photos de près. Si on veut un pied, il faut éventuellement prévoir soit un pied spécifique permettant les photos vers le bas, soit prévoir de bricoler un déport. C'est plus confortable, même si les appareils numériques sont souvent dépourvus de déclencheur souple. Tiens, je sais pas si ils font des barettes mémoire en 400 ASA par JL Mejecaze

Pour les app. photos numérique, un collègue m'a fait remarquer un problème autre que la qualité : La quantité de piles (d'énergie) à transporter... Mais peut-être qu'on trouve moins vite des actes à reproduire que lui des sujets à photographier... Evelyne Legrand 

7.5 Les sites utiles pour la photo Haut de la page

7.6 Scanner Haut de la page

Scanner films en bande : http://perso.netpratique.fr/michel.martin47/photos/pagephoto1.htm

Scanner de microfilms : http://www.microtek.nl/

7.7 Les Microfilms Haut de la page

Les mormons pour le monde entier : Mormons

En France
Gers Généalogie Gasconne Gersoise http://membres.lycos.fr/geneagg/travaux.htm

Québec
Vente des microfilms de l'état civil du Québec (des débuts à 1940) et la version numérisée www.institutdrouin.com

Lecteur de microfilm

Chancelier (intégré dans une valise) sur le site de société Spigraph images

http://www.spigraph.fr/ rubrique micrographie puis lecteurs :
Leur modele tient dans une valise. le couvercle de la valise sert d'ecran et pour faire la rotation d'image, on pose la valise ouverte sur le coté. Il ya une photo de l'appareil sur le site de spigraph (un microfilm d'un RP y est même monté à l'envers !). L'agrandissement est de 10x et 24x avec un zoom (mais de quel grossissement ? - je l'ignore) sur les derniers modeles sortis. Les grossisements proposés sur l'ANACOMP MICRON 770 A vont jusqu'à 40x et il ya une rotation d'image par prisme. Le prix du CHANCELLIER est de 7558 Francs TTC.

http://france.gulliver.com/

Il parait qu'il serait possible d'adapter certains lecteurs de microfiche (lesquels valent entre 1000 et 2000 Francs) pour les transformer en lecteur de microfilms. Une piste ? ...

Haut de la page


SOMMAIRE - recherche 1998-2005 Claire Bidault - Renaud Anzieu du 02-Avr-2005